Didier Ballan Jazz Ensemble hier soir au Trianon (Bordeaux)

L’édition 2013/2014 de Jazz au Trianon nous a déjà offert bien des réjouissances (Médéric Collignon, Eric Séva, etc…), une belle programmation d’Antoine Reynaud, construite avec tact et flair, normal, il est lui même un musicien de jazz affuté, qui connait bien la musique et les artistes qu’il programme, et il les aime. C’est sans doute pour ça qu’à chaque fois, ses choix font mouche et rameutent un peu plus d’un public passionné, qui se plait bien dans la salle feutrée et cosy de ce petit théâtre, et il y revient bien volontiers. Hier soir, c’était au tour du Didier Ballan Jazz Ensemble de venir offrir à nos oreilles insatiables, une musique dont elles se sont régalé, sans honte et sans crainte. C’est le tout récent disque « JAPAM » (cf. interview et chronique dans notre gazette n°2) qui a été joué dans sa presque intégralité. Un bien bel album de voyage où se marient divers styles, par la fusion d’un jazz éclairé et de diverses influences indiennes, arabisantes, sans oublier de belles réminiscences rock 70s. Par rapport à l’album, les morceaux, certes très « écrits », disposent cependant de l’oxygène indispensable que leur octroie le traitement live, pour s’échapper un peu vers l’improvisation libératrice. Tout s’est déroulé dans une harmonie à laquelle le public a bien vite adhéré. Didier Ballan dirige son monde d’un regard vif, avec la douceur et la sagesse dont sont empreints ses jeux de piano et d’harmonium. Il a vraiment bien choisi ses musiciens, qui se sont montré épatants et indissociables de ce projet. Ils rayonnent en live, mais ça, on s’en doutait un peu, pour les avoir déjà vus à l’œuvre dans d’autres expériences. Le groove imparable de la contrebasse de Nolwenn Leizour nous régale et trouve en Jéricho Ballan un associé batteur déjà fort talenteux, dont la fraîcheur de jeu vitalise à souhait rythmes ternaires (Jeru’s Dance) et plutôt binaires (Kaos). C’est Emilie Calmé (flûte bansuri) et Ersoy Kasimov (derbuka, bendir) qui insufflent à l’ensemble, selon les morceaux, le souffle puissant du voyage, avec de beaux envols lors de magnifiques solos. Et puis une mention toute particulière à Christophe Maroye qui est un guitariste époustouflant, quels sons ! quel jeu ! Par son approche, ce son boisé et ces solos qui partent en vrille bluesy vers je ne sais où, il me fait penser à un John Scofield. C’est dire ! L’album est truffé de ses solos qu’il a reproduit en live avec une maîtrise incontestable. En parlant de blues, c’est un morceau « blues » qui a clos le concert, en forme de jam réjouissante avec un invité de marque à l’harmonica, j’ai nommé Laurent Maur. Et pour finir, un beau rappel avec un morceau qui manquait à ce beau gâteau que l’on venait de nous servir, « Cerise » tel en est le titre, bien dans la lignée du disque JAPAM et que l’on espère présent sur un futur album du groupe. C’est déjà fini, on ressort ravi, un verre de l’amitié nous attend, et quelques aimables discussions avec les musiciens très abordables. Bref, ça ne doit pas en rester là,  on espère vraiment que le groupe donnera d’autres concerts sur ce projet, au printemps ? Cet été ? Surveillons bien les agendas !

Dom Imonk

Ballan

Ballan_iphone

Photos © Alain Pelletier

Merci à Jean-Claude Boisnier de Musiques-en-Live

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s