Voyager sous les étoiles…

Par Annie Robert, photos Alain Pelletier 

Festival des Hauts de Garonne. Lormont Bois Fleuri

La grande scène s’étale sous un cèdre magnifique, droit et conquérant, la lumière déclinante est douce et l’air presque un peu frais après des jours de canicule. Un verre de vin, des amis, des pique-niques, des enfants qui galopent, des anciens qui cherchent une chaise, tout le plaisir des soirées sous les étoiles se trouve réuni ce soir au Bois Fleuri, navire d’un soir pour des centaines de spectateurs en quête de musique.

Et de la musique il va y en avoir, du voyage aussi.

©AP_janmaribare-0733

D’abord vers la Réunion avec le groupe de Zanmari Baré et les modulations du Maloya. Six musiciens sur scène et pas un seul instrument mélodique, des triangles, des percus, un roulèr (tambour réunionnais,) des bongos, et bien sûr des kayambs, cet instrument plat si particulier dont le son rappelle celui des bâtons de pluie. Du rythme donc dès l’origine, un rythme puissant, incantatoire, parfois répétitif jusqu’à la transe.

À cela s’ajoutent les voix. Parfois seule, parfois en harmonie chorale. Ces voix là chantent le pays, la tristesse, la joie, les difficultés, la fatigue, le bonheur aussi avec ce parler créole dont on ne saisit que quelques mots par-ci par-là, mais qui chante, chante, chante…

Le maloya de Zanmari Baré est pur et doux, nuancé, minimal. Un terreau instrumental et choral au service d’une voix, légèrement voilée, porteuse d’une culture enracinée et forte. Même si la réunion est inconnue à bon nombre de spectateurs, le partage se fait. C’est qu’il en a des choses à dire Zanmari Baré, et il est parfois incroyablement culotté, il chante à capella seul au micro, une chanson pour sa femme restée au pays, il chante les restants d’esclavage, la beauté de son île et les combats perdus. Il chante et on chante avec lui.

Les danseurs discrets au début se sont approchés, leur nombre a grandi et c’est une petite foule, qui, à la nuit tombante, se retrouve dansante, emballée et quitte à regret les rivages de l’océan indien.

©AP_ester_rada-0979

Le temps que les projecteurs s’allument définitivement, soulignant les feuillages de traits argentés fluctuants, que les ballons blancs ivoire de la scène s’illuminent de l’intérieur et voici qu’arrive sur scène le groupe d’Ester Rada.

Six garçons vêtus de noirs dans une configuration classique (basse/batterie/guitare/clavier) mais avec en plus un duo de soufflants (sax, trombone) pas trop courant dont on sent qu’il va impulser un côté funk et tonique à l’ensemble.

Ester Rada, elle est une belle liane brune, dont la voix puissante s’élève sans contrainte, facile. Avec ses musiciens, l’accord est là, sans peine. Elle démarre le concert par dans un mélange de soul et de funk aux accents gospels très agréables. Le public se tait, écoute, déjà conquis.

Le sax entame ensuite un étonnant solo aux accents yiddishs (faire sonner un sax comme un shofar bel exploit !) qui nous rappelle qu’Ester Rada  est ismaélienne, d’origine éthiopienne, et que ce mélange de cultures, est caractéristique de sa musique : soul, éthio-jazz, reggae, pop et afrobeat.

Il lui en a fallu sans doute de l’ouverture, de la douleur pour tracer sa route au milieu de toutes ces influences si denses.

Voyage, voyage…

Et pourtant, malgré la belle qualité de tous les musiciens, la magnifique voix d’Ester Rada, sa présence, pourquoi ai-je l’impression de n’entendre qu’une mosaïque de styles, que des confettis juxtaposés ? Il manque peut-être un peu d’un groove animal, d’une émotion non contrôlée. Ou bien c’est moi qui ce soir me suis trop éloignée à coup de maloya… ? .

Allons ne boudons pas notre plaisir, ce fut un beau moment de partage, un beau voyage instrumental, le navire était confortable, la vue délicate, le roulis juste ce qu’il fallait, la capitainerie prévenante… Allez allez, on repart quand ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s