Erik Truffaz Quartet, Rocher de Palmer le 05/02/2016

Par Dom Imonk, photos Thierry Dubuc

TDBD7027-Modifier

Cela fait un peu plus de vingt ans qu’Érik Truffaz enchante la planète avec une musique de rencontres, d’énergie et de cœur. En 1997 sort « Out of a dream » sur le prestigieux label Blue Note, suivi l’année suivante de « The Dawn », puis de « Bending new corners », deux disques qui le mettent carrément sur orbite. D’autres suivront, avec toujours une approche très personnelle, mêlant habilement world music, pop rock, drum & bass, electro et jazz. En décembre dernier, le trompettiste était déjà venu au Rocher, pour animer un stage de formation, suivi d’un concert « de restitution ». A la mi-janvier est sorti « Doni Doni », son tout nouvel opus sur Parlophone, qu’il est venu jouer ce vendredi, dans la salle « 1200 ». Si le disque voit la participation de Rokia Traoré sur quatre morceaux, et celle d’Oxmo Puccino sur le titre final, c’est en quartet que le groupe s’est présenté, devant un public nombreux de fans, plutôt jeunes et très enthousiastes. Erik Truffaz, c’est la classe, il est arrivé coiffé d’un petit chapeau presque « melon », son port un zeste british contraste avec le groove puissant qui commence déjà à marteler l’espace. Son jeu de trompette, ou de bugle, est toujours aussi beau, lyrique et intimiste à la fois. D’aucuns ont vu en lui un fils de Miles Davis, mais l’âme d’un Don Cherry s’échappe aussi parfois (« Doni doni part 2»). Quand il délaisse l’acoustique et électronise ses effets, son style se fait aérien et onirique, et on plonge alors dans un espace époustouflant de beauté, pas si éloigné du « quatrième monde » de Jon Hassell, illuminé par ses « possibles musiques ». Le groupe est impressionnant de cohésion et fait corps aux envolées du maître. Il nous présente Benoît Corboz (Piano, Fender Rhodes) comme un vieux complice depuis dix ans. On pourrait l’appeler le « mysterious traveller » tant son jeu de Rhodes rappelle, par le son et la virtuosité, celui du Zawinul de l’époque de l’album du même nom. Un hallucinant tourbillon de notes et un « je ne sais quoi » de vintage, du temps où tout se découvrait. Mais ses parties de piano acoustique sont également remarquables, et même jubilatoires, quand par exemple il s’est à un moment mis à pincer ses cordes, en mode « piano préparé », tout en continuant à jouer du clavier. La fondation rythmique d’un tel groupe est primordiale. A la basse, c’est Marcello Giuliani, un autre fidèle compagnon d’Erik Truffaz, qui a assuré des lignes d’un groove profond, alliant élégance, souplesse et fermeté, mais sans effets faciles. La découverte de la soirée c’est un jeune batteur d’à peine 26 ans, au jeu exceptionnel, Arthur Hnatek. Une frappe puissante, précise et inventive, un groove monstrueux, et vers la fin du concert, un solo d’anthologie à décorner mille bœufs ! C’est principalement « Doni doni » qui a été joué, avec quelques délicieux retours en arrière comme « The walk of the giant turtle » et « Istanbul tango ». La musique a filé, naturelle et enveloppante. On s’est laissé entraîner par ces rythmes du monde, dans lesquels battait un peu le cœur du Miles des années 80/90, et même celui du Syndicate de notre bon Joe. Erik Truffaz est un conteur passionné, aimable et généreux. Beaucoup d’humanité ressort de sa musique et son groupe, l’un des meilleurs qui soient, est en totale symbiose avec lui. Un concert magique, donnant l’impression d’être transporté par un tapis volant dont on ne veut plus redescendre !

TDBD7069

Erik Truffaz

Le Rocher de Palmer

Publicités

2 commentaires sur “Erik Truffaz Quartet, Rocher de Palmer le 05/02/2016

  1. Erik Truffaz dit :

    Cette chronique est magnifique, bravo pour votre oreille , vous avez très bien saisis toutes nos influences , la classe !!!! respect et remerciements Erik

  2. Merci beaucoup Mr Truffaz ! Très touché par vos compliments et vos remerciements !
    A mon tour de vous remercier pour tout ce que vous faites, et cette magnifique musique qui nous transporte à chaque écoute !
    Respect à vous, paix et amitié.
    Dom Imonk

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s