Les fougueux héritiers …

"on lee way" Quintet

« on lee way » Quintet

One Lee Way : tribute to Lee Morgan                                             Targon  28/ 02/ 2016

A Targon, dans l’Entre deux mers, joli écrin de pierres blondes, la municipalité a décidé de prendre la culture à bras le corps (merci à elle !!) et de proposer un rendez-vous régulier  (tous les derniers dimanches du mois) à ses 2000 habitants.  Danse, théâtre, musique et plus si affinités …Et ça marche !! Les habitudes se prennent vite, le nouveau centre René Lazare était rempli de spectateurs curieux pour un après-midi jazz de belle facture. Et ceux qui venaient d’un peu plus loin  n’ont pas été déçus d’avoir fait quelques kilomètres.
Le Quintet One Lee Way rendait hommage à Lee Morgan, un trompettiste des années 60, une figure majeure du hard bop, un compositeur et un mélodiste fertile déployant un style très reconnaissable à la fois funky, soul et d’une énergie colorée exemplaire, le son Blue Note par excellence.
Les cinq compères sur scène se sont montrés à la hauteur de leur illustre aîné et lui ont rendu sans rougir un hommage remarqué. Pari osé et réussi.
À la section rythmique impeccable, charpentée mais subtile, deux artisans joyeux dans le sacrifice : Lionel Ducasse à la batterie et Jérôme Armandie  à la contrebasse, juste ce qu’il faut de beau phrasé, de régularité et de soutien. Des solos peu nombreux mais délicats. Sans eux, point de salut pour les oiseaux des îles…Ils étaient présents et parfaitement présents. Au piano, énergique dans ses nappes d’accords bluesy  et inventif en diable dans ses improvisations, Nicolas Lancia balançait un swing, un groove qui faisait fourmiller les doigts de pieds, danser les phalanges et tortiller les épaules.
Et puis devant, les vedettes, les siffleurs de thèmes, les raconteurs de citations et d’arpèges … le quintet hard bop c’est comme ça… Ce sont les soufflants qui tiennent le haut du pavé et chez Lee Morgan, cette structure du groupe est caractéristique. Elle a été plus que respectée avec deux musiciens complices à fond et généreux : Paul Robert  au saxophone ténor, au son ample et rond, un improvisateur fécond  pouvant être insolent ou charmeur et Jérôme Dubois à la trompette claire et puissante, au timbre délicat et tonique, la cheville ouvrière du groupe. Tous les deux se connaissent depuis le conservatoire, ils partagent une technique impeccable et un sens du groove qui les portent sans fatigue. À l’amble ou en questions réponses, leurs phrases se mélangent et se parlent, s’étalent et rebondissent. Ils se comprennent sans se regarder, anticipent ce que l’autre va faire, devinent comment étayer, se faire discret ou prendre le relais. Les grands standards de Lee Morgan se succèdent, joyeux et enivrants, entrecoupés de trois belles créations du groupe qui puisent dans la même énergie vitale, la même joie, la même fougue. Une belle ballade nous permet de reprendre notre souffle pour repartir de plus belle.
Une heure et demie de sons rebondis, d’harmonie et de swing… du pur sucre, du pur acide, du pur ce que l’on veut…les héritiers se sont montrés à la hauteur du maître, peut être même qu’ils l’ont réinterprété…

Dites, les gars remettez-nous ça quand vous voulez….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s