Au bonheur du swing. Flora Estel Swingtet.

Par Philippe Desmond,  photos Alain Pelletier.

┬®AP_floraEstel-3146

Festivement, Bordeaux à changé et avec enfin une vraie soirée d’été c’est d’autant plus percutant.  Ne parlons pas de la rive gauche où sur la fan zone les diasporas portugaises et polonaises s’agglutinent devant écrans géants et sonos body buildées avec les amateurs de foot bordelais. Mais allons rive droite où déjà  tout près du pont de pierre, sur les quais, une musique latino vous accueille, inondant des dizaines de danseurs de salsa de notes chaudes et sensuelles. Superbe spectacle gai et coloré. En longeant les quais remplis de pique-niqueurs, continuons vers Darwin où une grosse activité  règne aussi, et tentons d’arriver chez Alriq ; facile pour moi à  moto, impossible pour l’ami qui m’accompagne en voiture qui renoncera faute de place. Il est 21 heures et sur deux files les gens font la queue aux guichets de la ginguette, un panneau annonçant qu’il ne reste ni table ni chaise.
On ne vient pas chez Alriq forcément pour le concert mais ce soir tout le monde s’en souviendra, aussi bien ceux qui découvrent que les autres. Des centaines de personnes, impressionnant.
C’est donc le Flora Estel Swingtet qui a le bonheur de se produire  devant cette foule à conquérir en partie. Mais beaucoup d’amis sont là aussi dont pas mal de musiciens et ça c’est bon signe.
Habile appellation que ce Swingtet qui annonce la couleur et laisse ouvert le line-up. La dernière fois que j’ai vu Flora c’était en trio – dont elle – avec bien sûr Hot Pepino au piano et Thierry Oudin aux baguettes. Ce soir avec eux Aurélien Gody  (cb), Eddie Dhaini (g) et Pierre Maury (st) ; du jeune et beau monde pour un magnifique sextet… pour le moment.
Swing ? Swing ! En trois mesures d’une compo  de Louis Prima nommée  “ Banana Split” la piste de danse est pleine, certains ne sont pas venus là pour rigoler et ça va être comme ça toute la soirée.

Il faut dire que le Sextet sonne drôlement bien et que Flora rayonnante de rousseur dans sa belle robe 50’s fleurie entraîne tout le monde. C’est ça qui nous plaît dans le jazz, cette variété des styles et ce soir sous les lampions celui-ci est raccord avec l’atmosphère festive qui règne au bord du fleuve.
Un vrai festival va nous être offert avec déjà un invité et donc un septet, Alex Aguilera et sa flûte rejoignant les autres. Il adore ça jammer et le fait très bien.

┬®AP_floraEstel-3150
Embouteillage de danseurs sur la “Route 66”, émeute sur la piste pour “Sweet Georgia Brown”, sensualité pour “Quizas” avec la délicieuse danseuse Betty Crispy aussi effeuilleuse à  ses heures, couples enlacés sur “Cheek to Cheek”.

┬®AP_floraEstel-3181
Mais ce n’est pas fini, deux danseuses et un danseur en tenue Roaring Twenties (Années Folles) viennent proposer leur chorégraphie sur un swing charleston.

┬®AP_floraEstel-3164

Puis la talentueuse danseuse – et professeur – de claquettes Soraya Bénac monte sur scène sur “Too Darn Hot” marquant de ses pointes et talons un rythme fou.

┬®AP_floraEstel-3186

Quelle gaîté cette soirée, ça joue très bien et Flora chante merveilleusement !
Le amateurs reviennent sur la piste puis quelques danseurs tout de blanc vêtus, leurs partenaires en jupe et marinières, pour une chorégraphie swing endiablée.

┬®AP_floraEstel-3213

Esthétiquement et musicalement ce concert est splendide. Vous l’avez compris ces danseurs ne sont pas là par hasard, ils font partie du “Rock and swing club” tout comme Betty Crispy et collaborent avec le Swingtet pour un spectacle nommé “the Broadway Swing Company” (le 9 décembre à  Cenon).
Belle version de “Fever” dans un arrangement restructuré, festival de Thierry Oudin avec un  “Sing, Sing, Sing” très jungle, du Swing, du Blues, du Boogie Woogie et du Jazz bien évidemment à travers la liberté des chorus des uns et des autres. Thierry laisse pour un titre ses baguettes à  Lilian Camélio batteur dans un groupe de… métal mais fils de Flora et Hot Pepino. Une partie du groupe est présente et se régale d’ailleurs, comme quoi les étiquettes…

┬®AP_floraEstel-3160
Une bonne partie du répertoire va reprendre les titres du dernier album du Swingtet qui est présenté officiellement ce soir et va s’arracher (chronique dans la Gazette Bleue d’août).

20160701_083338-1

Et on danse toujours sur la piste devant la scène,  au fond dans le restaurant, qui peut résister à “Just a Gigolo”, une folle soirée, une vraie fiesta ! Les musiciens se régalent eux aussi, ça se voit et ça s’entend.
Deux rappels seront à peine suffisants pour calmer les ardeurs du public. Il faut boucler maintenant, il est minuit, demain le groupe reprend la route, d’autres gens à rendre heureux, c’est ça la vie de saltimbanques.

http://fabricecamelio.wix.com/broadway

http://www.floraestel.fr

http://www.rocknswingclub.com

http://claquettesbordeaux.fr/accueil.php

http://www.bettycrispy.com

 


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s