LAC Quartet hier soir au Caillou du Jardin Botanique (Bordeaux)

LAC QUARTET AU CAILLOU 26 06 14

Le Caillou du Jardin Botanique est vraiment devenu un lieu incontournable pour qui aime les jazz multiples à Bordeaux. Des plus calmes aux plus free (le Mercredi soir), la programmation est très inspirée et détecte les jazz qui caressent, ceux qui décoiffent ou ceux qui groovent. Bref, la pulse d’aujourd’hui le passionne et interpelle en son antre, d’ insatiables fans, en quête de nourriture ternaire sans cesse renouvelée. Le cadre de ce lieu est très agréable et on s’y s’attache. Vraie clairière de verdure à deux pas de la Garonne, dont on sentait le souffle, et accueil aimable et attentif réservé à chacun par l’équipe.

Hier soir, ce fût donc un réel plaisir de s’y retrouver entre joyeux amis jazz, tous accrochés à la musique et au bien vivre, pour y prendre quelques collations et rafraîchissements mais aussi, et surtout, pour y assister à un concert de musiciens qu’on aime déjà dans d’autres formations et que l’on découvrait là au sein du LAC Quartet.

Sur fond d’un magnifique coucher de soleil estival, François-Marie Moreau (sax, clarinette basse) et Thomas Saint-Laurent (guitare) offraient quelques unes de leurs compositions faites d’un jazz moderne et vivifiant. Une composition de Herbie Hancock a aussi été reprise vers la fin du set. Ca bouge et l’on est emporté ! Les phrases de sax vous tirent vers l’horizon, on s’imagine un grand lac, ou la mer, et nous voici penchés au bord d’un beau voilier,  les embruns nous fouettant le visage. Des instants plus intérieurs sont aussi confessés, quand c’est la clarinette basse qui nous parle tout bas. Quel plaisir aussi de retrouver la guitare à tête chercheuse d’un Thomas Saint-Laurent visiblement très à son aise dans ce groupe, un son ample et élégant, générosité des chorus au son certes moins hirsute que chez reQ (que l’on aime beaucoup!), mais gagnant en profondeur boisée, et de petits finaux bien électriques, presque imperceptibles qui aguichent les oreilles. C’est la première fois que je voyais Nolwenn Leizour et Simon Pourbaix associer leurs alchimies rythmiques. Sous le couvert de sourires complices échangés, ils ont offert au groupe un remarquable pacte vertébral, garant de ses envolées éclairées. Nolwenn allie finesse et précision dans un jeu qui sait dompter les basses, et aligner de succulentes promenades aiguës. Comme elle nous le confiait récemment « j’adore jouer un bon walking bass ». Quant’ à Simon, c’est un batteur caméléon qui sait adapter sa belle technique aux divers univers musicaux auxquels il est de plus en plus convié. Batteur puissant et défricheur, il a hier soir joué plus dans une sorte « groove » élégant et délicat. Groove car la puissance était là, mais comme canalisée dans la retenue du « non joué », par moment, il ne faisait que suggérer ce qu’il aurait pu jouer, et créait ainsi très subtilement le rythme par son absence ponctuelle. C’était à nous de combler l’espace vacant. Et élégant et délicat car son jeu de cymbales nous a tous conquis par l’à-propos de ses scintillements, devenus indispensables au son d’ensemble. Un très beau groupe à suivre de très près.

Et une bien belle soirée à revivre au plus vite ! Un grand merci au LAC Quartet et au Caillou du Jardin Botanique !

Par Dom Imonk – Le 27/06/2014

LAC 4TET CAILLOU 26 06 14

LAC Quartet, le 26/06/2014 au Caillou – Photo © Philippe DESMOND

Publicités

Fête de la Musique 2014 à Bordeaux – Scène Action Jazz, la chronique !

PANNEAU

Tous les becs fins vous le diront, en matière de dégustation, la place du palais est déterminante.
Pardon pour le jeu de mot potache, mais, majuscules ajoutées, on a bien vu que le public bordelais le savait. Il est venu en nombre pour goûter aux délices d’un jazz multiple, proposé samedi soir par la scène Action Jazz de Bordeaux Culture, en cette place historique.

La fête a débuté en fin d’après-midi, avec le All Age Band, un groupe formé d’élèves de l’école de musique Do Ré Mi Favols de Carbon-Blanc. Il porte bien son nom, car toutes les générations étaient présentes, en harmonie, pour célébrer avec passion les standards d’un jazz pluriel, du plus classique au plus groove.

AAB 1 AAB 2 AAB 3 AAB 4

All Age Band (© Alain Pelletier – 2014)

La place était chaude pour Le Big Band du collège de Monségur. Ce sont des élèves de quatrième qui étudient le jazz depuis près de trois ans. Le résultat force au respect, tant pour leurs professeurs que pour ces jeunes. Ils sont déjà de vrais professionnels en herbe et il semble que rien ne puisse les arrêter. Pour preuve, la fraîcheur et l’assurance avec lesquelles ils ont abordé des thèmes très variés, allant de Miles Davis à Prince. Excusez du peu !

BBM 1 BBM 2 BBM 3 BBM 4

Big Band du collège de Monségur (© Alain Pelletier – 2014)

Jazzméléon Trafic a ouvert la soirée. C’est un collectif en perpétuel mouvement, que dirige Pascale Martinez avec le sourire et le drive assuré de sa batterie. Une relecture moderne et personnelle des grands standards du jazz fait la base principale de leur répertoire. Comme un jongleur des sons, Philippe Cauvin l’accompagne de ses percussions voyageuses, pendant que Jordan Cauvin sait faire parler cordes et bois précieux de sa superbe Godin. Comme il ne se refuse rien, ce sympathique “workshop” a aussi sa section cuivre et bois formée par Alain Duffort (tp), Thierry Taveaux (sax alto) et Rémy Brown (sax ténor), ainsi qu’un autre gardien du temple rythmique, Fred Villega (b).
Signalons qu’au cours de ce beau concert, Pascale Martinez a eu des mots nécessaires et très justes en faveur des intermittents du spectacle, auxquels Action Jazz s’associe, avec cœur et espoir.

 Pascale MartinezK94A3948JORDAN CAUVINJMT 1

Jazzméléon Trafic, Pascale Martinez (© Alain Pelletier – 2014)

Puis le moment est venu d’un peu d’intimité avec le Marine Garein-Raseta Trio. Au début du set, un puissant walking band se produisait non loin de là, et couvrait leur musique, mais ça n’a pas duré. Marine (chant et piano), Pierre Thiot (sax) et Pierre Lucbert (bat), sont âgés de 17 ans. Ils sont tous les trois élèves du conservatoire de Bordeaux et se sont bien trouvés. Marine Garein-Raseta compose avec un goût certain la plupart des morceaux. Sa douce voix soul-jazz se complait dans cet univers qui flirte aussi avec la pop. Son piano déjà expert en dessine bien les contours. Le trio est un art difficile et Marine doit combler l’espace que Pierre Thiot, dont les phrases élégantes sont encore un peu réservées, parviendra sans nul doute à l’aider à meubler chaque soir un peu plus. Nous avons été impressionnés par les qualités de jeu de Pierre Lucbert qui fait sonner sa batterie en vrai pro. Il y a déjà beaucoup dans son jeu, l’instinct, l’aisance et la musicalité. Suivons-le de très près, il va encore nous étonner !

Pierre Lucbert Pierre ThiotK94A4031MARINE 1

Marine Garein-Raseta, Pierre Lucbert, Pierre Thiot (© Alain Pelletier – 2014)

Mil & Zime avait la lourde tâche de clore cette fête par une musique plus propice à la danse et à la décontraction. Alors que les cieux commençaient à gronder, ils ont entamé un concert plutôt groove où un jazz-funk sensuel et fruité commençait à faire onduler un public encore très nombreux. Les morceaux se succédaient et la chaleur montait. Las, l’orage a éclaté et les gros nuages ont fini par libérer des tonnes d’eau de leurs grosses joues grises, poussant ainsi le public et les équipes aux abris. Grâce soit rendue à Elodie Hurtaud (chant) ainsi qu’à Vincent Madelmont (p), Thierry Tassaing (bat), Julien Paoletti (b), Jean-Luc Peon (g) et Gaël Lafleuriel (sax) d’avoir joué jusqu’au bout. Leur spectacle a été amputé de quelques morceaux, mais qu’ils soient remerciés pour le plaisir qu’ils ont su apporter au public, dont nous faisions partie.

M&Z 1 M&Z 2 M&Z 3 M&Z 4

Mil & Zime (© Alain Pelletier – 2014)

Cette édition 2014 de la fête de la musique a encore été une vraie réussite.
Action Jazz voudrait sincèrement remercier les artistes, venus jouer gracieusement, le public, tous les bénévoles, l’association des commerçants Cailhau en vie, la ville de Bordeaux pour son appui sans faille, la gentillesse et l’efficacité de ses équipes techniques, sans oublier familles et amis. Action Jazz voudrait aussi chaleureusement remercier des personnalités culturelles locales qui nous ont fait l’honneur de venir nous voir et avec lesquelles nous avons eu des conversations riches en perspectives. Merci donc à Patrick Duval (Directeur du Rocher de Palmer), à la mairie de Bordeaux en les personnes de Fabien Robert (Adjoint à la culture), Tiffany Fukuma (Direction générale des affaires culturelles), Virginie Enriquez (Responsable au pôle communication), Lillian Saly (Direction du développement et de l’action culturelle), merci aussi à Françoise Lagaillarde (FIP) et à Philippe Vigier (France Bleu et programmateur du festival “24 heures de swing” de Monségur). Pardon à celles et ceux que nous pourrions avoir oubliés…

Enfin, un remerciement spécial à Alain Pelletier pour les magnifiques photos qui illustrent ce billet.

Et surtout, nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine, même lieu, même date, pour de nouvelles dégustations !

Par Dom Imonk

Le 23 juin 2014

K94A3771

Alain et Irène Piarou (© Alain Pelletier – 2014)

Fête de la musique le 21/06/14 avec la Ville de Bordeaux, scène Action Jazz Place du Palais.

Venez nombreux !

Bordeaux culture

Bordeaux ma ville

JAZZScène Action JazzPlace du Palais – Les scènes Bordeaux Culture

JAZZ
Scène Action Jazz
Place du Palais

Du talent des plus jeunes à celui de musiciens avertis, Action Jazz puise dans la force et la diversité du jazz local d’aujourd’hui, pour aider à l’éclosion de celui de demain. Venez nombreux, il y en aura pour tous !

18h00

19h30

21h00

22h30

23h45

Et la Newsletter de Juin, spécial Fête de la Musique !

NL_FETE MUSIQUE